Silvio Fanti, Italien, est né à Neuchâtel (Suisse) le 22 septembre 1919 et décédé à Paris le 26 juin 1997.
A Fribourg, il obtient son baccalauréat latin-grec en langue française, alors qu'il passe sa maturité latin-science à Einsiedeln en langue allemande. Diplômé en médecine de l'Université de Zürich, il soutient une thèse en psychiatrie à l'Université de Vienne (Autriche) : « Les réactions au cours de l'électrochoc » et une thèse en gynécologie-obstétrique à l'Université de Genève : « L'accouchement dirigé ».

Il se forme à la psychanalyse freudienne chez Dantzer, à New York (où il passe plusieurs années après la guerre) puis chez Gressot, membre de la SSP, à Genève.

A partir des années cinquante, il met progressivement au point une nouvelle méthode qu'il nommera « micropsychanalyse ».

Pouvant conduire les analyses en français, italien, anglais et allemand, il est appelé professionnellement sur les cinq continents.

Au cours de ses longs séjours en Inde, en Chine, au Japon, en Australie, en Amérique... il n'a de cesse d'observer les hommes dans leur vie quotidienne, quelle que soit leur culture, pour essayer de comprendre l'âme humaine. Ses observations et les réflexions qu'il en tire (relatées dans Après avoir...) fondent la pensée micropsychanalytique.

Après des années de travail à travers le monde, il s'installe définitivement à Couvet (Suisse), où il crée avec ses collaborateurs la Société internationale de micropsychanalyse en 1973.