psychanalyse au microscope: micropsychanalyse - logo

English Italiano

Le métier de micropsychanalyste requiert une formation longue et spécifique stipulée par la Commission pour la pratique de la Société internationale de micropsychanalyse. Il implique que le praticien exerce en conformité avec la législation en vigueur dans son pays.

Pour entreprendre sa formation, le candidat doit avoir effectué une micropsychanalyse personnelle fouillée, suivie d’une période de sédimentation d’environ un an. Durant cette sédimentation, il commence de se familiariser avec l’œuvre de Freud et fait un stage en psychiatrie.

La formation se fait en deux étapes, avec un micropsychanalyste didacticien et en situation divan-fauteuil.

1) La première étape est la micropsychanalyse didactique. Elle consiste en l’approfondissement de l’analyse personnelle et en l’acquisition de connaissances spécifiques du point de vue théorique, clinique et technique. Elle nécessite trois tranches qui prennent un minimum de trois années.

  • Le candidat re-parcourt les axes de sa vie, reprend ses fixations névrotiques et ses schémas répétitifs (y compris transférentiels) en les élaborant à la lumière des données métapsychologiques et des acquis cliniques.
  • L’étude systématisée puis comparée d’une dizaine de ses rêves lui permet de visualiser la dimension de l’inconscient avec ses lois et ses caractéristiques.
  • La troisième tranche est consacrée à l’écoute des enregistrements de certaines séances qui ont ponctué sa micropsychanalyse personnelle. C’est en quelque sorte les travaux pratiques du futur micropsychanalyste : il est confronté directement aux libres associations, à leur dynamique mystérieuse et laborieuse, à la surdétermination, aux résistances, au transfert, aux paramètres de sa névrose ; il se familiarise avec l’écoute en attention flottante ; il apprend quand et comment intervenir.

Au cours de sa formation, le candidat acquiert une connaissance des autres courants psychanalytiques et psychopathologiques.

2) La deuxième étape a trait aux séances de contrôle qui ponctuent les deux mille premières heures de pratique. Il ne s’agit pas de simples présentations de cas, mais de mises au point relatives à la règle fondamentale, à l’élaboration des paramètres névrotiques et au transfert ; pour ce qui concerne l’analyste, les mises au point portent sur le contre-transfert et sur les interventions. Lorsque le micropsychanalyste débutant a effectué ses deux mille heures de séance sous contrôle (dont deux micropsychanalyses complètes) il présente un mémoire devant la Commission pour la pratique en vue d'obtenir le titre de membre titulaire.

formation
du micropsychanalyste

Sphynx

L'écoute des enregistrements :
les travaux pratiques du futur micropsychanalyste

C’est un aspect essentiel de la formation pratique du micropsychanalyste : le candidat écoute, sur le divan, ses propres associations enregistrées lors de séances antérieures.

Il apprend ainsi à reconnaître et à décoder l'enchaînement associatif d'un matériel de séance, c’est-à-dire à suivre la dynamique des associations libres et à saisir l’émergence des thèmes qui définissent la névrose. Il est attentif aux silences et à leur qualité, aux schémas répétitifs et à leur contexte, au rythme et à la tonalité de la voix, aux décharges affectives ainsi qu’aux fluctuations du transfert.

C’est le moment où l’analysé devient son propre analyste et où il acquiert les outils pour pratiquer son métier.