Ce livre présente pour la première fois de manière synthétique et articulée la micropsychanalyse dans son ensemble : ses origines, sa méthode et ses implications théoriques.

Il montre pourquoi et comment Silvio Fanti a conçu la micropsychanalyse dans les années cinquante, à un moment critique de l’histoire de la psychanalyse freudienne.

Les innovations pratiques, centrées sur les longues séances et les appoints techniques, ainsi que les mises au point conceptuelles qui en découlent sont illustrées par de nombreux exemples pris dans le vif de vies racontées sur le divan. Peu à peu, le lecteur saisit l’ampleur et la profondeur que le travail associatif acquiert dans ces nouvelles conditions : il comprend comment l’analysé renoue avec son intimité la plus secrète, découvre la complexité de son identité et le projet de sa liberté.

Au fil des chapitres se dévoile une phénoménologie simple et concrète de l’humain à laquelle conduit toute micropsychanalyse. Trois activités cardinales mènent la vie de l’homme : le rêve, l’agressivité et la sexualité. Ces trois activités sont programmées pour chacun de nous au cours de la vie utéro-infantile sur la base de schèmes ancestraux. Le rêve en est le chef d’orchestre dans le sens que les scénarios nocturnes qu’il anime remettent l’agressivité et la sexualité originelles à l’ordre du jour. L’agressivité, plus fondamentale, pulse la sexualité au cours des quatre stades du développement psychobiologique que définit la micropsychanalyse.

Par ailleurs, la plasticité qu’assurent les longues séances et les appoints techniques permet d’envisager une modalité psychothérapeutique dont il sera question dans le dernier chapitre de ce livre.
Ont collaboré à cet ouvrage dirigé par Pierre Codoni : Nicole Deschamps, Daniel Lysek, Véronique Caillat, Liliana Zonta et François Jeanparis.